Jonas Kaufmann

Solistes et artistes invités

Le ténor Jonas Kaufmann est né le 10 juillet 1969 à Munich. Il s'initie au piano dès l'âge de 8 ans, encouragé par son père et son grand-père qui lui transmettent leur passion de la musique classique, de Wagner et du chant. Il se rend par ailleurs fréquemment à l'Opéra de Munich dès son plus jeune âge et intègre la chorale de son école. Au lycée, il intègre le chœur de réserve du Gärtnerplatztheater de Munich. Il se lance ensuite dans des études de mathématiques, qu’il abandonne pour rejoindre, en 1989, l'Académie de Musique et de Théâtre de Munich. Cela lui ouvre les portes de l’Opéra d’Etat de Bavière où il chante des petits rôles. Il obtient son premier rôle important au Regensburg Opera où il est Caramello dans Une nuit à Venise de Johann Strauss. Il rencontre alors Helmut Deutsch qui le guide dans son évolution vocale et l'accompagne toujours aujourd'hui au piano dans ses récitals.

Une fois diplômé en 1994, Jonas Kaufmann chante le rôle de Tamino dans La Flûte enchantée de Mozart en version concert au Théâtre du Prince-Régent de Munich et devient chanteur permanent au Théâtre National de la Sarre, jusqu’en 1996. Il est engagé l'année suivante par l'Opéra National de Stuttgart pour interpréter Edrisi dans Le Roi Roger  de  Szymanowski. Sa collaboration avec l'Opéra de Stuttgart s'étend ensuite à d'autres rôles tels qu’Almaviva dans le Barbier de Séville de Rossini et Jacquino dans Fidelio de Beethoven en 1998. Cette année-là, il incarne également son premier Ferrando dans Cosi fan tutte de Mozart au Théâtre Piccolo de Milan. Il continue d’explorer le répertoire mozartien l’année suivante avec le rôle-titre de La Clémence de Titus au Théâtre de Klagenfurt (Autriche) avant de débuter en 1999 au Festival de Salzbourg, dans Doktor Faust de Busoni dans lequel il est un Étudiant. Cette année-là, il revient à Stuttgart pour interpréter Alfredo dans la Traviata de Verdi.

En 2001, Jonas Kaufmann endosse le rôle de Wilhelm Meister dans Mignon de Thomas au Théâtre du Capitole de Toulouse et se lie à l’Opéra de Zurich comme permanent. Il est par ailleurs invité en Cassio dans Otello de Verdi à Chicago et en Belmonte dans L'Enlèvement au Sérail de Mozart au Festival de Salzburg. En 2002, La Monnaie lui offre le rôle-titre de La damnation de Faust de Berlioz sous la baguette d’Antonio Pappano et face à José van Dam. Il fait ses premiers pas à Covent Garden dans le rôle de Ruggero dans La Rondine de Puccini, et l’Opéra de Paris en Cassio dans Otello en 2004. L'année suivante, il retourne à Zurich et y prend le rôle du Duc de Mantoue dans Rigoletto de Verdi, avant de participer en 2006 au Festival d’Edimbourg, où il aborde Wagner avec le rôle de Walther dans Les Maîtres chanteurs de Nuremberg. Cette année-là, il triomphe au Metropolitan Opera de New York dans La Traviata aux côtés d'Angela Gheorghiu. En 2008, il revient à Paris en Florestan dans Fidelio de Beethoven. Deux ans plus tard, il crée de nouveau la sensation à Bastille par son interprétation de Werther de Massenet, accompagné de Sophie Koch. À l’aise dans tous les répertoires, il devient alors l'un des ténors les plus demandés de la scène internationale.

En 2010, Jonas Kaufmann fait des débuts éclatants au Festival de Bayreuth dans le rôle-titre de Lohengrin. Il continue ensuite d’explorer le répertoire italien en incarnant Maurizio dans Adriana Lecouvreur de Cilea à l’Opéra allemand de Berlin et à Covent Garden, ainsi que Cavaradossi dans Tosca de Puccini pour ses débuts à la Scala. Il prend également le rôle de Don José dans Carmen de Bizet à Munich. L'année suivante, retour à Wagner au Met où il prend le rôle de Siegmund dans La Walkyrie, ainsi que le rôle-titre de Faust de Gounod. En 2012, il est invité une nouvelle fois à Salzbourg pour interpréter Bacchus dans Ariane à Naxos de Strauss. Après quoi, il approfondit à Munich l’œuvre de Verdi avec le rôle-titre de Don Carlos, et les rôles de Manrico dans Le Trouvère et de Don Alvaro dans La Force du destin en 2013. Il débute cette année-là en Parsifal de Wagner au Met pour le bicentenaire de la naissance du compositeur. Puis, il se consacre pendant deux ans au répertoire italien : ses nouvelles prises de rôles comprennent ainsi Dick Johnson dans La Fille du Far-West à l'Opéra de Vienne en 2013 et le Chevalier des Grieux dans Manon Lescaut à Covent Garden en 2014. Il prend aussi l'année suivante le rôle-titre d’Andrea Chénier de Giordano à Londres, le rôle de Radamès dans Aida de Verdi à l’Académie Sainte-Cécile à Rome, ainsi que ceux de Canio dans Paillasse de Leoncavallo et de Turiddu dans Cavalleria Rusticana de Mascagni à Salzbourg. En 2018, il interprète en concert au Carnegie Hall l'Acte II de Tristan et Isolde en vue d'une prise de rôle ultérieure.

La saison 2018/2019 de Jonas Kaufmann ne comprendra aucune prise de rôle. En plus des récitals qu’il donne régulièrement, il chantera Otello puis Fidelio en novembre et janvier à Munich. A Covent Garden, il chantera La Force du Destin en mars. Le mois suivant, il reprendra son rôle de Don José (Carmen) à Hambourg, avant de créer l’évènement à Bastille dans Tosca, face Anja Harteros et Sonya Yoncheva. En juillet, il reviendra à Munich pour les Maîtres chanteurs de Nüremberg. Sa saison s’achèvera à Sydney avec trois représentations d’Andrea Chenier en concert.

Upcoming concerts

Concertmomenten
di 02.06.20 20:00
za 06.06.20 20:30

Jochen Rieder, Jonas Kaufmann (Tenor) & Clémentine Margaine (Mezzosopraan)

EEN FRENCH KISS VAN JONAS KAUFMANN