Nicolas Altstaedt & Antonín Dvořák - Symphony "From the New World"

Bozar
Bruxelles
ven 23.09.22 20:00
Prix des tickets
€ 40 - 30 - 20 - 12
Bozar
Bruxelles
dim 25.09.22 15:00
Prix des tickets
€ 48 - 40 - 26 - 12

 

23.09.2022 - Symphonic Hour 

Ernest BlochSchelomo; Hebraic Rhapsody

Antonín DvořákSymphony No. 9 in E minor, “From the New World”, Op. 95

 

25.09.2022

Antonín Dvořák, Cello Concerto in B minor, Op. 104

Antonín Dvořák, Symphony No. 9 in E minor, “From the New World”, Op. 95

 

« Tout est vanité » – tel est le message central de l’Ecclésiaste, écrit selon la tradition juive par le roi Salomon. Ernest Bloch, compositeur suisse naturalisé américain, s’est inspiré de ce livre de la Bible pour composer Schelomo. C’est sa dernière pièce avant qu’il n’émigre aux États-Unis. Schelomo est une « rhapsodie hébraïque pour violoncelle et orchestre », dans laquelle le roi Salomon s’exprime à travers le violoncelle, l’orchestre incarnant le peuple. Au milieu de nombreuses harmonies exotiques empreintes d’orientalisme – qui ne sont pas sans rappeler à certains moments le Salomé de Strauss – le roi de l’Ancien Testament part à la recherche de la sagesse pour trouver finalement la sérénité.

En 1892, Antonín Dvořák se laissa convaincre de prendre la direction du National Conservatory of Music de New York City. Mais de l’autre côté de l’Atlantique, il n’allait pas seulement enseigner : il voulait aussi saisir la chance de découvrir le style musical américain et peut-être même de s’en inspirer et le développer. Selon lui, la musique américaine trouve son origine dans la musique afro-américaine et les mélodies américaines autochtones, comme il l’a affirmé dans une série d’articles qu’il écrivit pour des journaux juste après son arrivée à New York. Il a lui-même développé sa musique nationale tchèque en puisant dans la musique populaire de sa culture. La découverte des negro spirituals (entre autres grâce à Harry Burleigh, qui allait devenir le premier compositeur noir) sera déterminante. Durant l’hiver et le printemps 1893, il composa – sur une commande du New York Philharmonic – sa Symphonie n°9 "Du Nouveau Monde" qui allait connaître un succès foudroyant.

Dvořák a longtemps estimé que le violoncelle ne se prêtait pas à un rôle de soliste dans un concerto : « ça nasille dans les aigus et ça grommelle dans les graves », prétendait-il. Il changea cependant d’avis après avoir assisté à New York à la création d’un concerto pour violoncelle joué par un collègue compositeur et violoncelliste, et se mit au travail. Après avoir reçu d’Europe la nouvelle que sa belle-sœur – dont il avait été amoureux à une certaine époque – était gravement malade, Dvořák décida de citer « Laissez-moi seule », sa mélodie préférée qu’il avait lui-même écrite, dans le deuxième mouvement de son concerto pour violoncelle. Le troisième mouvement se termine sur un soupir que brise ensuite un orchestre déchaîné. « Si j’avais su qu’un concerto pour violoncelle pouvait être aussi beau, j’en aurais aussi écrit un ! », déclara Brahms après avoir assisté au concerto pour violoncelle de Dvořák

Antony Hermus, chef d'orchestre

Nicolas Altstaedt, violoncelle

Artistes

Antony Hermus

Antony Hermus was recently appointed Chief Conductor of the Belgian National Orchestra, starting an initial four-year term in September 2022 with a Designate year.

Nicolas Altstaedt

German-French cellist Nicolas Altstaedt is one of the most sought after and versatile artists today.

Nicolas Altstaedt